samedi 21 juillet 2012

Ce téton qui se dresse


Que nous soyons homme ou femme, nous naissons avec des tétons. Si leur utilité est avérée chez la femme qui allaite, leur fonction chez le reste de la population est plus abstraite. Qu'est-ce donc que cette petite excroissance charnue et érectile qui arbore nos poitrine ? Un premier post en gage de préliminaires...

Le téton est l'ultime décoration du sein. Que ce dernier soit gros ou bien petit, le téton s'y tient en son centre. D'abord souple et discret, il saura se montrer vaillant et hardi pourvu que l'embrassiez, le léchiez, le caressiez, le flattiez...

Oui le téton est érectile. Pour peu que vous lui apportiez un peu d'attention, le téton se manifeste. Il est de ces organes qui par leur raideur appelle la douceur d'une main, d'une langue ou de lèvres. Si doux en bouche (c'est là son lieu de prédilection) il aime pointer à travers le tissus, créant ainsi l'émoi chez ceux qui le remarquent. Parfois trop sensible il peut susciter les cris. Mais parfois très sensible, il sait aussi susciter les gémissements...

Son premier frisson, le téton le transmet à son amie l'aréole, avant que celle-ci ne se détende pour laisser le téton, souple sur sa base, danser avec une langue qui saura le faire tournoyer.

Objet de toutes les douceurs, friandise du désir, le téton sait aussi être masochiste. Il se fait parfois mordre, pincer, voire étirer ou encore percer !

De mon point de vue, le téton a l'érection contagieuse. Il sait montrer l'exemple au sexe masculin comme féminin.

Après le baiser, le téton est le second rempart à l'intimité vaincue. Premier manifestant du défilé de la nudité, le téton a la fierté du soldat de première ligne. Il sait qu'il essuiera les premières offensives du désir et il assume ce rôle avec courage et envie.

N'oublions pas enfin que le téton est généreux : cet alchimiste sait transformer les attaques qui lui sont portées en plaisir infini, si puissant qu'il irradie jusqu'au ventre. Si puissant même que certaines en ont parait-il  joui...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire